La finance de demain

Quelles formes prendra la finance de demain ?

9 mars 2021 Par Faustin Djoufouet

Inscrivez sur Binance et gagnez GRATUITEMENT des cryptomonnaies

Quelles formes prendra la finance de demain ? C’est la prĂ©occupation de cet article. En fait, le monde de la finance Ă©volue tellement vite qu’il est avangardiste de penser dès aujourd’hui ce que sera la finance de demain. En fait, financededemain.com a commencĂ© Ă  s’interroger depuis la crise financière de 2008.

Cette crise des Subprimes nous a montré jusqu’à quel niveau le système financier mondial était fragile. Après cette crise, plusieurs autres formes de finance qui, aujourd’hui ont des effets plus ou moins significatifs sur le système financier ont commencé à émerger.

Dans cet article, je vous prĂ©sente ces nouvelles formes de finance qui constituent la finance de demain. Autrement dit, nous allons ensemble rĂ©pondre Ă  la question suivante : Quelles formes prendra la finance de demain ?

1. Pourquoi penser Ă  la finance de demain ?

Le système financier mondial va mal. Il faut faire quelque chose. On ne cesse de faire face aux crises financières, à la financiarisation de l’économie. Bref, on assiste de plus en plus à une instrumentalisation de l’Homme au profit de l’économie et de la finance.

La finance s’est déconnectée de la sphère réelle. Désormais l’économie mondiale a besoin d’une finance éthique et plus socialement responsable qui doit être au service de l’homme.

En fait, trois éléments factuels ont poussé notre rédaction à se pencher sur l’avenir de la finance.

1.1. La crise sanitaire du Coronavirus 2019

De nos jours, personne ne peut nier les effets pervers du COVID19 sur l’économie mondiale. Jusqu’en 2021, cette crise qui a débuté en 2019 continue de faire des victimes, tant sur le plan humain, économique que social. Son incidence sur l’économie est considérable en raison de la baisse de la consommation planétaire pendant déjà deux ans.

Le Coronavirus COVOD 19
Le Coronavirus COVOD 19

Plusieurs entreprises ont cessé temporairement leurs activités du fait des confinements drastiques. Pour cela les marchés financiers ne se stabiliseront pas tant que la peur et le nombre de nouveaux cas n’auront pas cessé d’augmenter de part et d’autre.

Ainsi, les financiers réfléchissent déjà sur un modèle financier qui pourrait résister face à une éventuelle crise du genre. Un tel modèle permettrait aux entreprises de ne pas connaitre les problèmes de financement en tant de crise.

1.2. Les effets pervers de la globalisation financière

La deuxième raison pour laquelle il faut penser à quoi ressemble la finance de demain est la globalisation financière. Les effets de la globalisation financière poussent également les chercheurs à croire qu’il devient urgent de penser à une nouvelle façon de faire de la finance.

En rĂ©alitĂ©, avec l’interconnexion des marchĂ©s et des places financières, les investisseurs ont la possibilitĂ© de dĂ©placer rapidement leurs capitaux d’une place financière Ă  une autre au grĂ© des opportunitĂ©s de profit. Cependant, cette façon de faire la finance entraine l’autonomie de la finance, la perte de pouvoir des Etats, l’asymĂ©trie informationnelle et le dĂ©veloppement des paradis fiscaux.

La globalisation financière
La globalisation financière

Parlant de l’autonomie de la finance, il faut rappeler que les opĂ©rations financières sont largement supĂ©rieures aux opĂ©rations liĂ©es Ă  l’achat de biens ou de services. Elles sont de plus en plus liĂ©es Ă  la perspective de rĂ©alisation de gains spĂ©culatifs. Ainsi, on assiste Ă  une dĂ©connexion de la sphère financière vis-Ă -vis de l’Ă©conomie rĂ©elle. C’est la cause principale de la crise de 2008.

Avec la globalisation financière, les Etats ont perdu leur pouvoir. Les autoritĂ©s monĂ©taires ont perdu de leurs pouvoirs au profit d’importants investisseurs privĂ©s. Par leurs placements financiers, ces investisseurs influencent les taux d’intĂ©rĂŞt et les taux de change. C’est ce qui accentue la dĂ©pendance des Etats « faibles Â» vis-Ă -vis des Etats « Forts Â».

L’asymĂ©trie informationnelle et les accords commerciaux inĂ©quitables sont d’autres effets pervers de la globalisation financière.  Avec ces accords les capitaux se dĂ©tournent des pays en dĂ©veloppement vers les pays Ă  capacitĂ© de production importante. Ces contrats ont permis aux États-Unis par exemple d’attirer les capitaux Ă©trangers pour financer leurs consommation, investissements et innovations. C’est de l’injustice financière.

Article à lire : Les prêts hypothécaires: que savoir sur ces modes de financement ?

L’un des effets pervers de la globalisation financière est le développement des paradis fiscaux. L’émergence des paradis fiscaux a commencé dans les années 90. En fait, un paradis fiscal est un pays ou territoire à fiscalité réduite ou nulle.

Ces pays pratiquent la politique du « beggar-thy-neighbour » qui consiste Ă  s’enrichir sur le dos des autres pays. Ils sont Ă  l’origine d’une grande partie de l’endettement public mondial. Ces paradis fiscaux favorisent le blanchiment d’argent sale, l’Ă©vasion fiscale et accroit les inĂ©galitĂ©s dans le monde, au profit des firmes et banques multinationales.

Inscrivez vous sur Coinbase et bénéficier de 10$ après le premier achat des cryptomonnaies

Face à ces manquements, le système financier mondial a besoin d’un peu plus d’éthique et de responsabilité.

1.3. Les exigences liées à la protection de l’environnement

La troisième raison pour laquelle il faut penser à quoi ressemble la finance de demain est la protection de l’environnement. Le développement démographique et industriel entraîne un réchauffement de l’atmosphère de la planète, qui déséquilibre et met en péril ses habitants. Ainsi, la protection de l’environnement et de ses ressources est devenue un enjeu prioritaire.

Elle est avant tout une prise de conscience de la mondialisation des problèmes écologiques. Pour cela il faut repenser la finance, prôner une finance plus écologique, plus responsable et plus juste.

2. Quelles formes prendra donc la finance de demain ?

Du fait des jeux des actions sur le marché, la finance de demain aura plusieurs formes. Dans ce paragraphe nous vous parlons de la finance islamique, la finance parallèle, la finance verte et de l’intelligence économique.

2.1. Quelles formes prendra la finance de demain ? : une finance Ă©thique et responsable

La finance de demain sera d’abord islamique. Comme la Banque Mondiale, le Fonds MonĂ©taire International fixe tout son espoir sur la finance islamique. Cette finance qui ne serait-ce que sur le plan thĂ©orique est plus Ă©thique et socialement responsable. Pour stabiliser Ă  sa manière le système financier ; la finance islamique interdit la pratique de l’intĂ©rĂŞt, de la spĂ©culation, le jeu au hasard, etc.

La finance islamique
La finance Islamique

Elle prône des investissements sur des actifs tangibles c’est-à-dire des investissements dans l’économie réelle. Par ailleurs, elle recommande que les pertes et les profits soient partagés entre une banque et son client. Le faisant, la finance islamique réduit les injustices financières.

Dans la pratique, le système bancaire islamique est reconnu plus stable que son Ă©quivalent conventionnel. Lors de la crise financière de 2008, les banques islamiques ont bien rĂ©sistĂ©. Cette rĂ©silience pourrait s’expliquer par le fait qu’elles ne pratiquent pas de spĂ©culation, cause principale de cette crise.  Ainsi, la finance sera d’abord islamique.

Article Ă  lire : Les Exigences de la finance islamique

2.2. La finance parallèle ou Shadow Banking : une croissance spectaculaire

La finance de demain sera aussi ce qu’on a appelé la finance parallèle. Encore appelée la finance de l’ombre, cette finance couvre principalement les opérations de titrisation, le financement participatif et les opérations de prêt-emprunt de titres. Globalement, ce sont les opérations bancaires qui échappent à la règlementation.

Opaque, spéculatif, à haut risque, systémique, voire « criminel » pour certains, le Shadow Banking est décrit par d’autres comme flexible, dynamique, innovant, adapté au financement de l’économie moderne, et complémentaire aux réseaux bancaires « sur-réglementés ».

Utilisez ce code Promo : argent2035

Selon un rapport de Le Monde, les activités du secteur bancaire parallèle n’avaient jamais été aussi florissantes. Aujourd’hui, cette montée figurante du Shadow Banking présente un risque pour la stabilité du système financier mondial.

Dans le mĂŞme ordre d’idĂ©e, un article du magazine Bilan estimait que le risque de crise financière est aujourd’hui largement concentrĂ© dans la « finance de l’ombre », Ă  la fois en raison de son poids et du fait qu’elle n’est pas assujettie aux mĂŞmes règles prudentielles que le secteur bancaire traditionnel. Ainsi, doit-on craindre pour l’avenir de la finance de demain ?

Article Ă  lire : Qu’est-ce que le Système bancaire Parallèle ou Shadow Banking ?

2.3. La finance verte : une nĂ©cessitĂ© pour l’avenir du monde

La finance ne se contente plus seulement de financer les projets rentables. Elle tient aussi compte des enjeux environnementaux. La « finance verte » est une notion qui définit les actions et opérations financières qui favorisent la transition énergétique et la lutte contre le réchauffement climatique.

Cette finance cherche à financer les projets qui ne portent pas atteinte à l’environnement. Autrement dit, tout projet allant dans ce sens pourrait trouver plus facilement du financement.

Le marché de la finance verte est en pleine croissance et bien structurée. On y trouve les obligations vertes, le marché carbone, le Bonus-Malus écologique, les placements et travaux blancs et les taxes carbones.

Les obligations vertes sont semblables aux obligations « classiques » en cela qu’elles représentent des titres de dette. Cependant, l’argent emprunté sert à financer des projets à vocation écologique.

La finance Verte
La finance Verte

Un marché du carbone vise à allouer des « droits à polluer » qui peuvent être échangés sur un marché. Ainsi, les acteurs souhaitant polluer plus doivent acheter des droits supplémentaires, ce qui incite à diminuer l’émission de gaz à effet de serre.

Le bonus-malus vise à augmenter le coût d’achat des voitures polluantes et à alléger celui des voitures peu polluantes pour en inciter l’achat. C’est l’application du principe « pollueur-payeur ».

Article Ă  lire : La finance verte au cĹ“ur des prĂ©occupations mondiales

2.4. L’intelligence Ă©conomique et la finance : un mariage harmonieux

La finance de demain repose aussi sur l’intelligence économique. L’expression Intelligence économique renvoie à une démarche collective au sein d’une entreprise qui vise à accroître sa compétitivité sur le long terme, en renforçant ses moyens d’anticipation.

Article Ă  lire : La finance digitale : le B-A BA

On parle de la veille stratégique. L’intelligence économique vise aussi à optimiser le potentiel d’innovation de l’entreprise au moyen de la communication numérique.

L'intelligence Economique
L’intelligence Economique

Ainsi, l’intelligence Ă©conomique est de nos jours considĂ©rĂ©e comme un des leviers pour rĂ©ussir la transformation digitale des Très Petites et Moyennes Entreprises. C’est une opportunitĂ© pour les entreprises qui recherchent des avantages concurrentiels.

L’intelligence Ă©conomique est un levier impressionnant pour les entreprises. Regardez cette vidĂ©o.

Video sur l’intelligence Economique

En conclusion, pour répondre à la question Quelles formes prendra la finance de demain; on peut dire que le système financier mondial évolue et connait plusieurs formes. La finance de demain ne sera pas forcement celle que nous connaissons aujourd’hui. La finance fantôme, la finance islamique, la finance verte et l’intelligence économique constituent les nouvelles formes de la finance. Cependant, si vous souhaitez prendre le contrôle de vos finances personnelles en six mois, je vous recommande fortement ce guide.

Laissez-nous vos avis dans les commentaires.

Inscrivez sur Binance et gagnez GRATUITEMENT des cryptomonnaies